Blog

Pourquoi l’Allemagne gagne « souvent »

Posté le | Par Gilles UNTEREINER


Dominique Seux a publié récemment dans les Echos un article fort intéressant sur l’économie, la pandémie, etc., intitulé « Pourquoi l’Allemagne gagne toujours ».

En fait, si l’Allemagne ne gagne pas toujours, mais manifestement plus souvent que d’autres, c’est assurément en raison de facteurs culturels qui lui sont propres.

Les avatars historiques et le contexte climatique de l’Europe du Nord font que les Allemands sont essentiellement préoccupés de SECURITÉ, ce qui induit une réelle obsession par rapport aux lendemains qui pourraient déchanter et une stratégie d’endiguement des périls qui passe par :

Aspects opérationnels : cohérence et constance

  • Un fort prévisionnel en toutes choses – en place d’un pilotage à la sauvette en fonction des urgences du moment.
  • Une focalisation sur ses points forts – en place d’une dispersion tous azimuts.
  • Une conceptualisation de l’action dans les moindres détails – au détriment de toute improvisation, fût-elle éventuellement géniale.
  • Une planification à outrance pour coordonner les énergies – en place de laisser une part importante au libre arbitre individuel.
  • Une persévérance dans l’action – on ne change pas d’orientation, ni de tactique au moindre obstacle, fût-ce au détriment d’une dite flexibilité qui n’est souvent que l’excuse de l’irrésolution.
  • Une pratique très restrictive du changement – on ne change ni la stratégie, ni la tactique, sauf démonstration totale d’impraticabilité.

     

    Aspects relationnels : confiance et consensus

  • Un fort instinct communautaire, qui capitalise sur le groupe : salaires élevés, formation permanente très intense pour cultiver le capital humain de l’entreprise.
  • Des décisions prises en commun à raison de niveaux élevés de consensus.
  • Une politique de carrière en interne
    • garantissant une réelle fidélité du personnel et de moindres pertes de savoir-faire,
    • garante de la loyauté des opérateurs dans l’application des décisions prises et donc des process convenus.

De nombreuses Cassandres fort avisées et éventuellement harassées par cet exemple si irritant (en termes de comparaison) et si fâcheux (en termes de méthodes, dont viscéralement l’individualisme latin ne veut pas) auront vite fait de déclamer que cela pourrait ne pas durer, comme elles le font depuis 40 ans au moins, méconnaissant la capacité de résilience que confère aux Allemands leur instinct communautaire et donc leur capacité à faire bloc contre l’adversité.